linkedin gif

+33 1 42 54 60 64
 
Connexion & Inscription

Accueil >  L'opinion de Welcomeurope >  Zoom du 07-19-2019



mercredi 22 novembre 2017

Vers des listes transnationales pour les élections européennes de 2019 ?

Information, Citoyenneté européenne, Jeunesse, -,

Alors que l’Union européenne et le Royaume-Uni sont en pleine négociation à la suite du Brexit, se pose la question de la composition du Parlement européen aux prochaines élections.Que faire des 73 sièges du Parlement européen occupés actuellement par des députés britanniques, mais qui seront vacants en 2019 ?  L&r...

Un engagement du Président français

Emmanuel Macron a, dès sa campagne électorale et lors de son discours à la So... Lire la suite

Alors que l’Union européenne et le Royaume-Uni sont en pleine négociation à la suite du Brexit, se pose la question de la composition du Parlement européen aux prochaines élections.
Que faire des 73 sièges du Parlement européen occupés actuellement par des députés britanniques, mais qui seront vacants en 2019 ?  L’enjeu est crucial car le départ britannique crée une opportunité historique ! La France, l’Espagne et l’Italie se prononcent en faveur de la création de listes transnationales.

Un engagement du Président français

Emmanuel Macron a, dès sa campagne électorale et lors de son discours à la Sorbonne sur l’Europe, milité pour des listes transnationales aux prochaines élections européennes. Le but est qu’une partie des sièges vacants « soit consacrée à la mise en place d’une circonscription européenne d’une cinquantaine de siège, de manière à prendre en compte la diversité politique et géographique européenne » a déclaré Nathalie Loiseau, ministre déléguée aux Affaires européennes. Des consultations de l’ensemble des responsables des formations politiques ont eu lieu les 20 et 21 novembre pour proposer ce nouveau mode de scrutin à deux voix.

Les freins à la création de listes transnationales

Un frein juridique : le traité de Lisbonne prévoit un nombre maximal de 96 députés par pays, or depuis 2014, l’Allemagne a déjà atteint ce quota et les candidats allemands élus sur les listes transnationales lui feraient dépasser cette limite.

Un frein politique : les partis souverainistes sont contre la mise en place d’une circonscription européenne y voyant un signe d’amoindrissement de la souveraineté française et ainsi de la protection des intérêts nationaux. Les réfractaires proposent alors de répartir entre les 27 Etats membres les sièges restants. Cependant, une telle solution démontrera une nouvelle fois l’image d’une Europe morcelée et divisée.

Une nécessaire réponse européenne au Brexit

La création de listes transnationales élargirait le périmètre des débats lors des élections européennes mais aussi contribuerait à l’émergence d’une identité européenne. A la place des prochains 27 débats parallèles, il serait bon de développer « un véritable espace public européen, uni dans sa diversité ».

L’abstentionnisme menace la légitimité des élections européennes, il y a une nécessité à mettre en avant la citoyenneté européenne encore incomplète. Le mode d’élection et la campagne électorale dépassent difficilement les frontières nationales. Il y a alors un besoin d’accroitre la participation des citoyens au niveau européen.

Une volonté de renforcer la citoyenneté européenne

Parce que l’Europe est une construction qui prend en compte la voix des citoyens, l’UE a mis en place un programme intitulé Europe pour les citoyens qui contribue à promouvoir la citoyenneté et améliorer les conditions d’engagement civique et démocratique des citoyens de l’UE. Ce programme est doté de 185,46 millions d’euros pour la programmation 2014-2020 et finance des projets de jumelages, de réseaux de villes ou encore des projets de la société civile.

De plus, le Président français prévoit de lancer, début 2018, « des conventions démocratiques dans toute l’Europe afin d’associer les citoyens européens à la refondation de l’UE », ce qui va aussi dans le sens d’une meilleure prise en compte de l’opinion publique et une association en amont des citoyens européens.

Malgré l’action de l’Union pour rapprocher l’Europe des citoyens, une remise en cause de la politique de l’Union demeure, perçue comme lointaine des priorités des peuples européens. Ces conventions arriveront-elles réellement à associer les populations à la réflexion en amont ? Un changement des mentalités peut-il aussi se faire sans changement des règles électorales ? La décision finale reviendra à la commission des affaires constitutionnelles de Bruxelles. Le processus doit aboutir au moins un an avant l’élection prévue en mai 2019.

Replier le texte

Actualités en relation

20 novembre 2015
La Commission européenne a approuvé le financement de 96 nouveaux projets sous le programme LIFE pour l...
23 septembre 2011
Les eurodéputés se réuniront en plénière pour la deuxième fois en ce mois de septembre. Voici les grands thèmes qu�...
26 février 2008
Dans le cadre du programme « l’Europe pour les Citoyens », 35 étudiants de 7 pays européens ont créé un programme d’é...

Subvention relative à ce focus

Agenda

Méthodologie

Welcomeurope, 161 rue Montmartre, 75002 Paris | Tél . : +33 1 42 54 60 64 / Fax : +33 1 42 54 70 04

© Welcomeurope 2000-2018

Bienvenue sur welcomeurope.com. Ce site utilise des cookies d’analyse statistique et de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation, vous autorisez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus