linkedin gif

+33 1 42 54 60 64
 
Connexion & Inscription

Accueil >  L'opinion de Welcomeurope >  Zoom du 10-17-2018



lundi 12 mars 2018

L’Union européenne à la veille du prochain cadre financier pluriannuel

Emploi, Affaires sociales, Recherche, Culture - Médias, Agriculture - Pêche, Transport, Tous domaines, Education - Formation, Energie, Environnement, Innovation, Justice - Securité, Citoyenneté européenne, -,

Comme nous l’a montré le résultat des élections législatives italiennes, une montée des populismes s’opère dans de nombreux Etats membres. Ainsi, le populisme et l’euroscepticisme semblent s’enraciner au cœur de l’Europe. L’Union a le devoir d’inverser cette tendance à travers son prochain cadre fin...

Une percée populiste au sein des Etats membres

Depuis quelques années, il souffle un vent de populisme sur l’Europe, notamment en Hongrie et en Pologne où Viktor Orbán (Fidesz) et Andrzej Duda (Droit et justice, PiS), deux personnalités issues de partis con... Lire la suite

Comme nous l’a montré le résultat des élections législatives italiennes, une montée des populismes s’opère dans de nombreux Etats membres. Ainsi, le populisme et l’euroscepticisme semblent s’enraciner au cœur de l’Europe. L’Union a le devoir d’inverser cette tendance à travers son prochain cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027 tout en mettant en lumière ses réussites.

Une percée populiste au sein des Etats membres

Depuis quelques années, il souffle un vent de populisme sur l’Europe, notamment en Hongrie et en Pologne où Viktor Orbán (Fidesz) et Andrzej Duda (Droit et justice, PiS), deux personnalités issues de partis conservateurs et populistes sont arrivées au pouvoir respectivement en 2014 et 2015. Dans les deux pays, ces partis ont accédé au pouvoir en pointant du doigt la gestion européenne des migrants, et en profitant de la morosité économique.

L’acte de défiance le plus important reste à ce jour le Brexit. En effet, le 23 juin 2016, les Britanniques ont décidé de quitter l’Union européenne. L’argumentaire des partisans du Brexit était basé d’une part sur un meilleur contrôle des frontières et de l’immigration, et d’autre part sur la reprise économique liée à la sortie de l’UE.

La liste ne cesse de s’allonger : la percée de l’AfD au Bundestag en septembre 2017, l’arrivée du FN au second tour de l’élection présidentielle française en avril 2017 ou encore récemment la victoire du Mouvement 5 étoiles, et de la Ligue en Italie.

Cependant, cette montée des populismes en Europe a permis de mettre en avant le risque de perte de certains acquis européens connus, tels que : la possibilité de partir faire des études à l’étranger via Erasmus, la liberté de circulation, les droits sociaux, etc.

Le futur cadre financier pluriannuel suite au Brexit

Une réunion informelle des 27 chefs d’Etat ou de gouvernement s’est tenue le 23 février 2018 à Bruxelles, notamment pour débattre des priorités du prochain CFP.

Compte tenu du climat géopolitique incertain (Russie, Etats-Unis, Syrie, etc.) et des problèmes de sécurité à l’intérieur et à l’extérieur des frontières européennes (notamment du terrorisme et des cyber-menaces), la sécurité, la défense et la lutte contre les migrations illégales devraient figurer parmi les prochaines priorités de l’Union. Dans cette optique, le Fonds européen pour la défense devrait prendre une place prépondérante.

Cependant, le budget européen étant fixé à 1% du PIB total de ses Etats membres, et le départ du Royaume-Uni diminuant celui-ci d’une contribution nette annuelle de 10 milliards d’euros, les dirigeants européens devront faire des choix. Une piste pour renforcer le budget de l’Union pourrait être l’augmentation de ses ressources propres (ex : taxe sur le plastique).

Ainsi, les deux principales politiques actuelles de l’Union européenne qui sont la politique agricole commune (PAC) et la politique de cohésion, devraient voir leur budget nettement s’amoindrir. Il faudra alors réinventer le modèle agricole, et notamment mieux accompagner les agriculteurs vers l’élevage bio. Pire, les subventions de la politique de cohésion pourraient être amenées à disparaître dans les régions les plus développées et en transition.

Toutefois, certaines politiques ne devraient pas pâtir de ces réductions budgétaires. En effet, le programme Erasmus +, dont les résultats ont été jugés très satisfaisants, devrait même voir son budget renforcé. Il en est de même pour le futur programme cadre pour la recherche et l’innovation FP9 (l’après Horizon 2020) au sein duquel devraient être abordées de manière plus poussée certaines thématiques, notamment la robotique et l’IA.

La Commission européenne devrait faire des propositions budgétaires relatives au CFP dès mai 2018, et souhaiterait que l’accès aux fonds européens soit conditionné au respect de l’Etat de droit.

L’Union européenne sera-t-elle en mesure, avec un budget réduit, de mener à bien ses politiques tout en faisant face à la montée du populisme, et même de manière plus générale, à l’euroscepticisme ?

Replier le texte

Actualités en relation

17 octobre 2018
La Commission européenne et Breakthrough Energy se sont entendus sur la signature d'un mémora...
08 octobre 2018
Ce matin la Commissaire à la politique régionale Corina Creţu a accueilli les journalistes pa...

Subvention relative à ce focus

Agenda

Méthodologie



Nos experts vous accompagnent

Welcomeurope présente €urolab
Une solution exclusive pour bénéficier des subventions européennes

Consulter →

Glossaire

Définitions des termes utilisés couramment

Nos partenaires

Devenez gratuitement partenaire
et donnez à votre site une dimension européenne


Aller plus loin..

pack_decouvert_fr.jpg pack_pro_fr.jpg

Welcomeurope, 161 rue Montmartre, 75002 Paris | Tél . : +33 1 42 54 60 64 / Fax : +33 1 42 54 70 04

© Welcomeurope 2000-2018