linkedin gif

+33 1 42 54 60 64
Connexion & Inscription
Menu

Accueil >  L'opinion de Welcomeurope >  Zoom du 08-18-2018



mercredi 1 août 2018

La problématique environnementale de l’industrie automobile 

Recherche, Transport, Energie, Environnement, Industrie, Innovation, Nouvelles technologies, Economie - Finances, Commerce, -,

L’industrie automobile, secteur crucial pour l’économie de l’Union, est actuellement confrontée à une délicate problématique : conserver sa place sur le marché international tout en respectant les règlementations environnementales de plus en plus contraignantes imposées par l’Union.

Fortement impactée par la crise de 2008, l’industrie automobile européenne a progressivement remonté la pente et représente aujourd’hui plus de 21% de la production automobile mondiale. Cette progression a été re... Lire la suite

L’industrie automobile, secteur crucial pour l’économie de l’Union, est actuellement confrontée à une délicate problématique : conserver sa place sur le marché international tout en respectant les règlementations environnementales de plus en plus contraignantes imposées par l’Union.

Fortement impactée par la crise de 2008, l’industrie automobile européenne a progressivement remonté la pente et représente aujourd’hui plus de 21% de la production automobile mondiale. Cette progression a été rendue possible par des constructeurs tels que Volskwagen, Renault-Nissan ou Daimler, classés parmi les 10 premiers mondiaux en 2017, qui ont su innover et s’adapter aux nouveaux besoins des consommateurs. Néanmoins, même si l’industrie automobile est essentielle pour l’économie européenne, elle doit tenir compte des autres priorités de l’Union, et en particulier de ses exigences écologiques. Le récent conflit entre les Etats-Unis et l’Union sur l’extension des droits de douane à l’importation d’acier et d’aluminium (instaurés le 1er juin) aux véhicules et pièces automobiles européennes, illustre la tâche délicate de l’Union : veiller à maintenir un cadre règlementaire contraignant à l’égard des constructeurs automobiles sur le marché européen permettant de réaliser la politique environnementale, sans pénaliser de manière excessive leur position sur le marché international.

La protection des intérêts de l’industrie automobile sur la scène internationale 

Le conflit commercial visant les droits de douane américains s’est soldé le 25 juillet dernier par un accord entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker. Par cette ‘armistice’ commerciale, l’Union s’est engagée en faveur d’une hausse des exportations américaines de soja dans l’Union, en échange de la promesse du Président américain de ne pas imposer de droits de douane supplémentaires sur l’industrie automobile européenne. Néanmoins, l’accord se contente de repousser la décision américaine de taxer les exportations de voitures européennes, sans y renoncer. A cet égard, il n’est pas étonnant de voir l’Union solidifier ses relations internationales avec d’autres pays. L’accord JEFTA, récemment conclu avec le Japon, vise ainsi l’ouverture du marché européen aux produits automobiles japonais en échange du libre accès des produits agroalimentaires de l’UE au Japon. Cet accord doit encore être approuvé par le Parlement et devrait entrer en vigueur en 2019.

Le développement de l’industrie automobile au service de la politique environnementale de l’UE

La politique environnementale de l’Union et les normes qui la mettent en œuvre, notamment les  ‘Normes Euro’, sont parmi les plus strictes du monde. Ainsi, ces règlementations imposent ainsi depuis les années 1970 des limites aux émissions de polluants atmosphériques. Elles ont été complétées par un Paquet Mobilité Propre adopté par la Commission l’an dernier, visant une réduction des émissions de CO2 de 30% d’ici à 2030. A ces règles strictes, s’ajoutent encore des contrôles rigoureux visant les émissions de polluants atmosphériques des véhicules neufs.

Pour respecter ces règles, les constructeurs se voient forcés d’être toujours plus innovants, ce qui peut impliquer des coûts importants. Pour y remédier, l’Union propose justement de nombreuses opportunités de financement qui permettraient d’obtenir une ‘Smart Mobility’ et une ‘Croissance verte’. En effet, que ce soit via son programme pour la recherche et l’innovation, Horizon 2020,  ou grâce au programme MIE (Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe), l’Union subventionne des projets innovants, permettant la rencontre de constructeur et de chercheur. Le projet SOFTCAR, par exemple, propose une voiture plus propre mais moins onéreuse. Le projet Central European Ultra Charging’, quant à lui, vise le déploiement de stations de recharge ultra-rapide pour des véhicules électriques en Europe Centrale.

Par conséquent, si la politique environnementale de l’Union complique le développement de l’industrie automobile, en particulier sur la scène internationale, sa mise en œuvre offre de multiples possibilités de financement aux constructeurs automobiles. Le montage d’un projet sous l’un de ces programmes est donc une opportunité à saisir pour l’industrie automobile. Néanmoins, soumettre de telles candidatures peut s’avérer complexe : les règles à respecter sont extrêmement strictes et sont amenées à évoluer à partir de 2021. L’octroi de financement européen à des constructeurs automobiles risque par ailleurs de devenir plus délicat au regard du nouveau scandale qui frappe l’industrie automobile. En effet, après le Dieselgate survenu en 2015, les constructeurs sont aujourd’hui accusés d’augmenter les taux d’émissions de CO2 de leurs véhicules afin d’avoir moins d’efforts à fournir pour atteindre les objectifs de l’Union pour 2030. 




Replier le texte

Actualités en relation

07 juin 2018
La Commission propose  un nouveau programme pour le prochain budget à long terme de l'UE 2021-2027.&...
04 mai 2018
Les candidatures aux prix Horizon 2020 de 8 défis sociétaux ont ouvert offrant des récompenses e...
27 avril 2018
Le montant consacré au prix pour trouver la meilleure solution pour la mise en place d'un système ...

Subvention relative à ce focus

Agenda

Agenda

Méthodologie



Welcomeurope, 161 rue Montmartre, 75002 Paris | Tél . : +33 1 42 54 60 64 / Fax : +33 1 42 54 70 04

© Welcomeurope 2000-2018