linkedin gif

+33 1 42 54 60 64
 
Connexion & Inscription

Accueil >  L'opinion de Welcomeurope >  Zoom du 11-20-2018



vendredi 7 septembre 2018

BREXIT : les conséquences d’une sortie sans accord

Culture - Médias, Gestion publique, Information, Citoyenneté européenne, Economie - Finances, -,

Le récent rejet du ‘Plan de Chequers’ de Theresa May alarme de plus en plus les opérateurs économiques sur la possibilité d’une sortie brutale du Royaume-Uni et sur ses conséquences.

Le Royaume-Uni doit officiellement quitter l’UE le 30 mars 2019, ce qui signifie qu’un accord doit impérativement être adopté avant la fin du mois d’octobre afin de laisser un temps de ratification suffisant aux différents parlements. Face à ce constat, trois scénarii... Lire la suite

Le récent rejet du ‘Plan de Chequers’ de Theresa May alarme de plus en plus les opérateurs économiques sur la possibilité d’une sortie brutale du Royaume-Uni et sur ses conséquences.

Le Royaume-Uni doit officiellement quitter l’UE le 30 mars 2019, ce qui signifie qu’un accord doit impérativement être adopté avant la fin du mois d’octobre afin de laisser un temps de ratification suffisant aux différents parlements. Face à ce constat, trois scénarii sont susceptibles de se réaliser : la conclusion d’un accord de sortie, la mise en œuvre d’un nouveau référendum au Royaume-Uni ou la sortie sans accord avec l’UE. Cette dernière hypothèse, lourde de conséquence pour les acteurs économiques européens, semble néanmoins être la plus plausible.

La dernière proposition du gouvernement de Theresa May était en faveur d’un ‘Soft Brexit’ conservant les libertés de circulation des produits mais rejetant celle des personnes. C’est en particulier ce libre échange ‘à la carte’ qui a été rejeté par Bruxelles au titre de l’unité du marché unique européen. 

Dans ce contexte, si le Royaume-Uni ne trouve pas d’accord, les droits de douanes seront donc automatiquement rétablis, mettant brutalement fin aux libertés de circulation européennes.  Or, il semble de plus en plus probable, tant au regard de la fermeté européenne que des dissensions internes au gouvernement britannique, qu’aucun accord ne sera conclu d’ici le mois d’octobre.

Les conséquences du Brexit ont été identifiées depuis longtemps par les institutions européennes. C’est pour cette raison que l’accord de sortie devait permettre de temporiser ses effets sur l’économie britannique, sur les échanges avec l’UE et en particulier sur les opportunités de financements ouvertes aux ressortissants britanniques. Les négociations devaient ainsi permettre la mise en place d’une phase de transition garantissant la participation britannique aux programmes jusqu’à la fin de la période de programmation (2020). En l’absence d’un accord, les ressortissants britanniques perdront donc immédiatement leur éligibilité aux programmes européens.  Ainsi, les chercheurs britanniques craignent de plus en plus de perdre l’accès aux financements du programme Horizon 2020 (programme de recherche et d’innovation). En effet, si les projets en cours pourront certainement être menés à leur terme, même après 2020, le Royaume-Uni risque fort d’être exclu du bénéfice des programmes européens, comme l’avait été la Suisse en 2014 pour le programme H2020 (à nouveau membre du programme depuis 2017).

Plusieurs programmes européens ont intégré dans leurs lignes directrices des conditions spécifiques s’agissant de la candidature de ressortissants britanniques :

"…Si le Royaume-Uni se retire de l'UE au cours de la période de subvention sans conclure d'accord avec l'UE garantissant en particulier que les candidats britanniques restent éligibles, vous cesserez de recevoir un financement de l'UE (tout en continuant, si possible, à participer) ou devrez quitter le projet en vertu de l'accord de subvention".

Le Royaume-Uni a cependant encore deux mois pour conclure un accord de sortie, ce qui pourrait permettre d’éviter un arrêt brutal des financements et des projets européens.



Replier le texte

Actualités en relation

06 novembre 2018
Aujourd'hui, le programme phare de Quantum Technologies a été lancé à Vienne. Il fin...
18 octobre 2018
La Commission finance 38 projets visant à développer de nouvelles idées pour les technologies fu...
17 octobre 2018
La Commission européenne et Breakthrough Energy se sont entendus sur la signature d'un mémora...

Subvention relative à ce focus

Subvention relative à ce focus

Agenda

Méthodologie



Welcomeurope, 161 rue Montmartre, 75002 Paris | Tél . : +33 1 42 54 60 64 / Fax : +33 1 42 54 70 04

© Welcomeurope 2000-2018