contact
+33 1 42 54 60 64
Connexion & Inscription
 Menu menu

Accueil >  Dossier thematique index link >  Dossier thématique

Picto - Facebook Picto - Twitter

La Stratégie européenne pour l'emploi

Welcomeurope recense tous les programmes europeens de financement, subventions, prêts, garanties

L’EMPLOI EN EUROPE

(Dossier thématique Welcomeurope © novembre 2001)

 

 

I - LA SITUATION ACTUELLE DE L’EMPLOI DANS L’UNION EUROPEENNE

1 - LA STRATEGIE EUROPEENNE

2 - LE BILAN DE L’ANNEE 2000

3 - LE PROGRAMME PEER REVIEW, POUR L’ECHANGE DE PRATIQUES ENTRE LES REPRESENTANTS DES MINISTERES DES ETATS MEMBRES

4 - LE FONDS SOCIAL EUROPEEN (FSE) : INVESTIR POUR DEVELOPPER LES COMPETENCES DES EUROPEENS

5 - LE PROGRAMME EQUAL : UN PROGRAMME DE FINANCEMENT EN FAVEUR DE L’EGALITE DES CHANCES

6 - LA RECHERCHE D’EMPLOI : EURES (EURopean Employment Services)

7 – TOUS LES FINANCEMENTS POUR L’EMPLOI DANS LA BASE DE DONNEES EUROFUNDING

II – QUELQUES REPERES HISTORIQUES

 

 

 

Le bilan actuel concernant la politique européenne de l’emploi est globalement positif puisque des emplois ont été créés sur tous les marchés du travail en Europe, favorisant une meilleure cohésion sociale et régionale de l’Union européenne.

Les facteurs de cette amélioration sont : la mise en place de la monnaie unique, l’application de politiques macroéconomiques saines, la réforme des politiques économiques structurelles et le remodelage des politiques du marché du travail.

 

Cependant après une année 2000 particulièrement positive, la récession touche à présent de plein fouet la Communauté européenne. Certains problèmes d’autre part n’ont toujours pas été résolus : il y a encore un écart notable entre la qualification et la rémunération des hommes et celles des femmes, et d’autre part, les déséquilibres entre les régions européennes subsistent.

 

Une véritable stratégie pour l’emploi a été mise en place par l’Union européenne pour mieux combattre ces problèmes.

 

 

I - LA SITUATION ACTUELLE DE L’EMPLOI DANS L’UNION EUROPEENNE

 

1 - LA STRATEGIE EUROPEENNE

 

Le Traité d’Amsterdam puis le sommet d’emplois luxembourgeois (1997) ont renforcé la politique européenne de l’emploi en la structurant. Des priorités ont été énoncées et regroupées en quatre piliers :

Ø      Favoriser l’esprit d’entreprise ;

Ø      Favoriser l’employabilité ;

Ø      Favoriser la capacité d’adaptation ;

Ø      Favoriser l’égalité des chances.

 

Les plans d’action nationaux pour l’emploi (NAPS), établis par les Etats membres, recadrent chaque année ces différentes orientations. Ils sont soumis à la Commission et au Conseil. Un rapport d’emploi commun présente leurs résultats, permettant ainsi de comprendre les conséquences des actions menées, et de reformuler de nouvelles politiques.

 

Le 12 septembre 2001, la Commission européenne a adopté un « paquet emploi » dont la finalité est de faire avancer la réforme des marchés du travail de l’Union européenne. Il doit être soumis au Conseil des ministres de l’UE, qui prendra une décision avant la fin 2001. Le but est d’atteindre les objectifs de Lisbonne et Stockholm.

Ce paquet est annuel. Il est constitué de trois parties : un rapport explique les résultats des différents Etats membres ; ces Etats reçoivent en conséquence des recommandations spécifiques, établies selon les problèmes qu’ils ont pu rencontrer ; enfin, de grandes lignes directives sont esquissées.

Les progrès obtenus par les Etats membres ont été reconnus : l’année 2000 a été particulièrement fructueuse du point de vue de la création d’emplois et du développement de politiques la favorisant.

Cependant, la Commission encourage les gouvernements, les entreprises et les syndicats à redoubler leurs efforts afin que la Stratégie européenne pour l’emploi continue. C’est en effet une stratégie à long terme.

 

 

2 - LE BILAN DE L’ANNEE 2000

 

3 millions d’emplois ont été créés en 2000 dans l’Union européenne, soit 1% de la population active. C’est la plus importante hausse enregistrée depuis dix ans, particulièrement encourageante puisque le sommet de Lisbonne avait donné comme objectif d’atteindre 70% de population active pour 2010. L'objectif de Stockholm vise un taux de 67% d’activité en 2005.

Les secteurs qui ont le plus créé d’emplois entre 1995 et 2000 sont ceux de la haute technologie et d'activités à forte intensité cognitive.

 

Malgré ces chiffres encourageants, la Commission précise que le nombre de chômeurs est encore très élevé : en 2000, on compte encore 14,5 millions de chômeurs. Les jeunes sont particulièrement touchés avec un taux d’inactivité de 16,3% en 2000.

La seconde zone d’âge particulièrement touchée est celle des 55-64 ans. Seuls 37,7% de cette catégorie sont actifs, alors que le sommet de Lisbonne vise les 50% pour 2010. Cette tranche d’âge subit le chômage de longue durée.

 

La Commission souhaite que la Belgique, le Danemark, la Grèce, l’Espagne, la France et l’Italie se consacrent particulièrement à ces deux problèmes.

Il faut d’autre part accroître l’offre de main-d’œuvre et l’activité. Pour cela, la fiscalité sur la main-d’œuvre a été allégée et devrait l’être encore prochainement.

 

Lignes directrices : garantir des emplois plus nombreux et de meilleure qualité en Europe ; encourager la mobilité de la main-d'œuvre au sein des nouveaux marchés ouverts du travail ; réduire l'écart des rémunérations entre les hommes et les femmes.

D’autres points de recommandation : niveler le déséquilibre régional et renforcer le partenariat.

 

Le Conseil doit adopter annuellement des lignes directrices portant sur les politiques de l'emploi des Etats membres, dans le cadre d'une stratégie coordonnée.

Les Etats membres établiront des plans d'action nationaux pour présenter les mesures entreprises afin de lutter contre les problèmes dénoncés par la Commission, et les résultats positifs observés.

 

 

3 - LE PROGRAMME PEER REVIEW, POUR L’ECHANGE DE PRATIQUES ENTRE LES REPRESENTANTS DES MINISTERES DES ETATS MEMBRES

 

Un programme « d’évaluation entre pairs » a été mis en place en 1999 par la Commission afin de favoriser l’échange des pratiques entre les différents Etats membres : un pays accueille les représentants des ministères des Etats membres, ainsi que des experts en emploi et des fonctionnaires de la Commission pour présenter sa politique de l’emploi. Les participants analysent et évaluent les bonnes pratiques utilisées.

 

Le programme d’évaluation comprend quatre objectifs distincts :

1) Identifier, évaluer et diffuser les bonnes pratiques dans le domaine de la politique de l’emploi.

2) Evaluer la possibilité et les moyens de transférer efficacement les pratiques identifiées d’un pays membre à un autre.

3) Assurer le suivi et la mise en oeuvre des idées et objectifs de la stratégie européenne pour l’emploi.

4) Développer et proposer des critères méthodologiques pour la sélection et l'analyse des bonnes pratiques.

 

 

4 - LE FONDS SOCIAL EUROPEEN (FSE) : INVESTIR POUR DEVELOPPER LES COMPETENCES DES EUROPEENS

 

Le FSE est le principal instrument financier de l’Union dans le domaine de l’emploi. C’est un outil essentiel au service de la stratégie européenne. Depuis plus de 40 ans il investit dans les ressources humaines afin de développer les compétences et améliorer les perspectives professionnelles des citoyens européens.

Le FSE est favorable à une politique qui responsabilise les Etats membres et soutient les actions de partenariat, les actions locales et l’évaluation de l'efficacité. Il favorise également la recherche de solutions locales à des problèmes locaux.

 

Une nouvelle période de sept ans a débuté en 2000 pour le FSE

Dans le cadre de la Stratégie européenne pour l’emploi, les quinze États membres doivent collaborer afin de poursuivre les objectifs décidés conjointement en vue de préparer les citoyens au monde du travail et de créer un climat plus favorable à l'emploi.

 

Le rapport conjoint sur l'emploi sera examiné lors du sommet de Laeken en décembre 2001. La Stratégie européenne pour l'emploi bénéficie, pour la période 2000 - 2006, d'une aide financière du Fonds social européen atteignant 10 milliards d'euros.

 

 

Retrouvez toutes les opportunités de financement dans la base de données Eurofunding

FONDS STRUCTUREL – FSE

FONDS STRUCTUREL – MESURES INNOVATRICES FSE

 

 

5 - PROGRAMME EQUAL : UN PROGRAMME DE FINANCEMENT EN FAVEUR DE L’EGALITE DES CHANCES

 

L’égalité des chances constitue l’une des grandes lignes directrices. Même si les femmes représentent 1,6 million des embauches, leur situation est alarmante : elles subissent toujours la discrimination des sexes et des salaires.

Cependant d’autres mesures sont nécessaires pour compléter les actions entreprises par la Commission pour renforcer l’égalité des chances. Des structures de garde d’enfants doivent notamment être créées pour favoriser l’activité des femmes.

 

 

Retrouvez toutes les opportunités de financement dans la base de données Eurofunding

EQUAL

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11147

EQUAL - ACTION 1 - PARTENARIATS DE DEVELOPPEMENT ET COOPERATION TRANSNATIONALE

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11146

EQUAL - ACTION 2 - PROGRAMMES DE PARTENARIATS DE DEVELOPPEMENT (PDD)

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11154

EQUAL - ACTION 3 - MISE EN RESEAU THEMATIQUE, DIFFUSION DE BONNES PRATIQUES

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11155

EQUAL - ACTION 4 - MECANISMES PERMETTANT DE CRÉER UN IMPACT AU NIVEAU DE L'UE

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11156

 

 

6 - LA RECHERCHE D’EMPLOI : EURES (EURopean Employment Services)

 

Les services européens de l'emploi visent à faciliter la libre circulation des travailleurs dans les 17 pays de l'Espace économique européen (EEE). Le réseau regroupe des partenaires tels que des services publics de l'emploi, des syndicats et des organisations patronales. Le partenariat est coordonné par la Commission européenne.

Les objectifs d'EURES sont d’informer, guider et conseiller les travailleurs mobiles potentiels sur les offres d'emplois et les conditions de vie et de travail dans l'Espace Économique Européen, à travers les euroconseillers. EURES aide les employeurs recrutant des travailleurs d'autres pays. Il fournit d’autre part des conseils et un suivi spécifiques aux travailleurs et employeurs des régions transfrontalières.

 

 

CONCLUSION

 

Aujourd’hui, la politique européenne de l’emploi a pour objectif le plein emploi. Ceci permettra  d’obtenir une économie et une société fondée sur le savoir. Ainsi l’économie européenne sera plus compétitive en 2010, comme le préconise le Conseil de Lisbonne.

Pour cela il est nécessaire de s’adapter aux nouvelles technologies et connaissances pour créer de nouveaux emplois.

L’établissement d’une croissance durable permettra d’offrir des emplois plus nombreux et de meilleure qualité, garantissant une grande cohésion sociale.

 

 

7 - Retrouvez toutes les opportunités de financement dans la base de données Eurofunding

 

SEMINAIRES ET PROJETS DE SOUTIEN A LA STRATEGIE EUROPEENNE POUR L'EMPLOI

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?search=yes&Pgm=11364

EQUAL

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11147

EQUAL - ACTION 1 - PARTENARIATS DE DEVELOPPEMENT ET COOPERATION TRANSNATIONALE

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11146

EQUAL - ACTION 2 - PROGRAMMES DE PARTENARIATS DE DEVELOPPEMENT (PDD)

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11154

EQUAL - ACTION 3 - MISE EN RESEAU THEMATIQUE, DIFFUSION DE BONNES PRATIQUES

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11155

EQUAL - ACTION 4 - MECANISMES PERMETTANT DE CRÉER UN IMPACT AU NIVEAU DE L'UE

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11156

FONDS STRUCTUREL – FSE

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11244

FONDS STRUCTUREL – MESURES INNOVATRICES FSE

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11363

E-EUROPE

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11306

LEONARDO DA VINCI

http://www.welcomeurope.com/prog.asp?Pgm=11082

 

 

UN AGENDA EUROPEEN DE L’EMPLOI

Semaine de l’emploi  : http://employmentweek.com/francais/accueil.htm

 

 

II - QUELQUES REPERES HISTORIQUES

 

Le Traité de Rome (1957) a instauré la mise en place de la liberté de circulation des travailleurs (articles 39 à 42 du Traité CE, anciens articles 48 à 51) ainsi que la liberté d'établissement dans la perspective du marché commun (articles 43 à 48).

"La Communauté économique européenne (CEE) a pour mission, par l'établissement d'un Marché commun, une expansion continue et équitable, une stabilité accrue, un relèvement accéléré du niveau de vie et des relations plus étroites entre les Etats qu'elle réunit." (art.2)
Les Etats membres se déclarent :
’- déterminés à établir les fondements d'une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens;
- décidés à assurer, par une action commune, le progrès économique et social de leurs peuples en éliminant les barrières qui divisent l'Europe;
- avoir pour but essentiel l'amélioration constante des conditions de vie et d'emploi de leurs peuples.’

 

Le principal objectif de l’Acte unique européen (1986) est la constitution du marché intérieur, un "espace sans frontières intérieures dans lequel la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux est assurée" (article 7 A).

C’est avec le Traité de Maastricht (1992) que l’Union européenne s’engage réellement sur le plan social. Les Etats membres adoptent alors des dispositions communes relatives à l’emploi : la lutte contre l’exclusion au travail, l’égalité des chances entre hommes et femmes, ou encore la sécurité sociale et les conditions de travail.

 

Le Traité d’Amsterdam (1999) constitue une étape importante puisque certaines orientations y sont désignées prioritaires. Les différentes mesures sociales déjà énoncées par le Traité de Maastricht sont réaffirmées et complétées.

Un des buts premiers du Traité est d’offrir à l’Union européenne "un niveau élevé d'emploi". Une meilleure coopération entre les Etats membres est donc préconisée pour le permettre. Il propose notamment la création de mécanismes de comparaison et d'évaluation afin de lutter contre le chômage. D’autre part de grandes lignes directrices sont adoptées en commun, des fonds européens supportent certains projets d’incitation à l’emploi, et un Comité de l’emploi est préconisé.

La politique sociale prend alors une dimension communautaire. La lutte contre la discrimination au travail est particulièrement engagée.

 

Dossier réalisé par Amélie Despérier Welcomeurope © 2001 – Stratégie européenne de l’emploi

Agenda

Conseil

Welcomeurope, 161 rue Montmartre, 75002 Paris | Tél . : +33 1 42 54 60 64 / Fax : +33 1 42 54 70 04

© Welcomeurope 2000-2017