linkedin gif

+33 1 42 54 60 64
 
Connexion & Inscription

Accueil >  Actualité des subventions européennes >  Actualité



lundi 12 mai 2014

L'UE soutient la recherche sur les océans

Recherche, Agriculture - Pêche, Energie, Environnement, Innovation, Nouvelles technologies,Centres de recherche,Grandes entreprises,PME,Universités,Associations,

News La Commission vient de présenter ses lignes directrices pour le soutien à la recherche et à l'innovation autour des océans. L'UE entend stimuler l'exploitation des opportunités de croissance offertes par l'économie bleue, en favorisant notamment la génération de données sur les aspects encore inconnus du milieu océanique.

La Commission a mis en évidence un certain nombre d’obstacles à surmonter : notre connaissance de la mer est encore limitée, les efforts des États membres dans le domaine de la recherche maritime ne sont pas coordonnés, tandis que le marché du travail européen de demain aura besoin d’ingénieurs et de scientifiques pour exploiter les nouvelles technologies dans l’environnement marin.

Dans le plan d’action présenté aujourd’hui, la Commission propose:

- de réaliser une carte numérique de l’ensemble des fonds marins européens d’ici à 2020;

- de créer une plate-forme d’information en ligne, qui devrait être opérationnelle avant la fin de 2015, sur les projets de recherche marine menés dans le cadre du programme «Horizon 2020», ainsi que sur la recherche marine financée par les États membres, et de partager les résultats des projets achevés;

- de créer un forum des entreprises et des sciences de l’économie bleue, au sein duquel le secteur privé, les scientifiques et les ONG contribueront à façonner l’économie bleue de l’avenir et partageront leurs idées et les résultats obtenus. Il se réunira pour la première fois en marge de la Journée maritime européenne 2015, au Pirée, en Grèce;

- d’encourager les acteurs du monde de la recherche, de l’entreprise et de l’éducation à définir, d’ici 2016, les besoins et les compétences pour la main-d’œuvre de demain dans le secteur maritime;

- d’examiner la possibilité de rassembler, après 2020, les grands acteurs du monde de la recherche, de l’entreprise et de l’éducation au sein d’une communauté de la connaissance et de l’innovation (ou CCI) pour l’économie bleue. Les CCI, qui dépendent de l’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT), peuvent stimuler l’innovation de multiples manières, par exemple en organisant des programmes de formation et d’enseignement, en facilitant le passage de la recherche au marché et en mettant en place des projets d’innovation et des incubateurs d’entreprises.


Contexte


L’économie maritime, ou économie «bleue», de l’Union européenne, est vaste; elle emploie en effet plus de 5 millions de personnes dans des secteurs aussi variés que la pêche, les transports, la biotechnologie marine et les sources d’énergie renouvelables en mer.

Entre 2007 et 2013, la Commission européenne a apporté une contribution moyenne de 350 millions d’euros par an en faveur de la recherche marine et maritime par l’intermédiaire de son septième programme-cadre. Une part importante de la recherche marine est également réalisée dans le cadre des programmes des États membres (environ 300 millions d’euros par an en France et en Allemagne, par exemple). La croissance bleue constitue un «domaine prioritaire» dans le nouveau programme «Horizon 2020», qui prévoit un budget spécifique de 145 millions d’euros pour la seule période 2014-2015 et offre d’autres possibilités ailleurs dans le programme.

Environ 30 % des fonds marins entourant l’Europe n’ont pas encore été étudiés. Ce pourcentage varie de 5 % pour le golfe de Gascogne et les côtes ibériques à plus de 40 % pour la mer du Nord ainsi que la Méditerranée centrale et la mer Ionienne. Une meilleure compréhension de ce qui se passe sous le niveau de la mer permettra de mieux connaître les ressources offertes par les océans et de mieux comprendre la façon dont celles-ci peuvent être utilisées de manière durable.

Un déficit de compétences se fait déjà sentir dans le secteur de l’énergie éolienne. En 2012, le secteur de l’éolien en mer représentait 10 % de la capacité éolienne installée annuelle et employait 58 000 personnes directement et indirectement à travers l’Europe. On s’attend à ce que, d’ici à 2020, la part de l’énergie éolienne en mer atteigne 30 % de la capacité éolienne installée annuelle. Le secteur représenterait ainsi 191 000 emplois en 2020, ce chiffre passant à 318 000 en 2030. Mais il pourrait également connaître une aggravation de la pénurie de compétences, qui pourrait grimper à 14 000 équivalents temps plein, contre 7 000 aujourd’hui, si la future main-d’œuvre n’est pas dotée de compétences dans le domaine de l’entretien et de la fabrication, par exemple.

Source :  Presse de la Commission


Plus d'infos  Presse de la Commission

Lire la suite


Agenda

Méthodologie



Welcomeurope, 161 rue Montmartre, 75002 Paris | Tél . : +33 1 42 54 60 64 / Fax : +33 1 42 54 70 04

© Welcomeurope 2000-2018

Bienvenue sur welcomeurope.com. Ce site utilise des cookies d’analyse statistique et de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation, vous autorisez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus