linkedin gif

+33 1 42 54 60 64
 
Connexion & Inscription

Accueil >  Actualité des subventions européennes >  Actualité



jeudi 14 avril 2011

Remaniement de la politique étrangère et de défense par la Commission européenne

Affaires sociales, Gestion publique, Humanitaire, Justice - Securité, Droits de l Homme, Coop. & Développement,Centres de formation,Administrations Etats,ONG de Développement,Organisations Internationales,

News Aider les citoyens arabes à lutter pour la démocratie, appuyer la libération des prisonniers politiques en Biélorussie et enquêter sur les allégations de trafic d'organes au Kosovo, sont les priorités clés des députés pour la politique étrangère de sécurité et de défense de l'UE, dans les prochains mois. Cette politique doit être remaniée afin d'améliorer la coordination entre les institutions de l'UE et créer des synergies entre opérations civiles et militaires dans les pays tiers en crise.

Passant en revue tous les conflits internationaux actuels en vue de définir des priorités cohérentes pour la politique étrangère et de sécurité de l'UE, la commission des affaires étrangères a approuvé deux résolutions qui, toutes deux, appellent à une refonte de la politique étrangère de l'UE, à placer les droits de l'homme au sommet des priorités dans les relations avec les pays tiers et dans les accords internationaux en cours de négociation comme ceux qui concernent la Russie ou l'Inde. La nécessité d'améliorer la coordination entre les institutions de l'UE , y compris le nouveau Service d'action extérieure, représente une autre question clé pour les députés, ainsi que celle d'assurer la présence de l'UE dans les principales organisations internationales comme l'ONU, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. La France et le Royaume-Uni devraient pousser le Conseil de sécurité à autoriser la Haute représentante de l'Union européenne Ashton à présenter "la position de l'Union" si cela s'avère nécessaire, estiment les députés. Le conflit entre Chypre et la Turquie doit être résolu car il empêche l'UE de bâtir des relations plus étroites avec l'OTAN, ajoutent les députés. Révolutions en Méditerranée Les députés regrettent le manque de cohésion entre les États membres lors de l'intervention militaire en Libye et saluent la décision du Conseil de mettre en place une opération militaire d'assistance humanitaire (opération EUFOR Libya). Ils exhortent en outre les États membres à respecter le code de conduite européen sur les exportations d'armes et à éviter de vendre des armes à la Syrie, au Bahreïn et au Yémen. Enfin, ils reconnaissent l'échec des politiques passées de l'UE dans la région et appellent à une refonte de la politique européenne de voisinage et des méthodes de travail de l'Union pour la Méditerranée. Kosovo Les députés demandent une enquête approfondie d'EULEX sur les allégations de trafic d'organes pendant et après la guerre au Kosovo. Ils font observer que la situation dans le pays demeure stable mais fragile, certains États membres n'ayant toujours pas reconnu son indépendance. La Commission européenne est invitée à définir une feuille de route pour la libéralisation des visas avec Pristina. Belarus Les sanctions actuelles de l'UE (interdiction de visa et gel des avoirs) à l'encontre de 157 fonctionnaires biélorusses devraient être maintenues jusqu'à ce que tous les prisonniers politiques soient libérés, estiment les députés, qui se sont félicités de l'engagement de l'UE à hauteur de 17,3 millions d'euros en vue de soutenir la société civile et de faciliter la mobilité des étudiants et des jeunes. Russie Les députés européens veulent s'assurer que l'engagement d'améliorer les droits de l'homme et de lutter contre la corruption fera "partie intégrante" du nouvel accord UE-Russie en cours de négociation. En outre, ils invitent instamment la Russie à respecter l'intégrité territoriale de la Géorgie et à donner accès à des missions de surveillance de l'UE en Abkhazie et en Ossétie du Sud. Iran La commission parlementaire affirme que les sanctions actuelles de l'ONU et de l'Union européenne contre le programme nucléaire de l'Iran étaient "inévitables", condamne les propos du président iranien consistant "à rayer Israël de la carte", exprime son inquiétude grave au sujet du nombre élevé d'exécutions d'État et appelle la Haute Représentante Ashton de la politique étrangère de l'UE à rétablir une délégation de l'UE dans le pays. Les autres pays mentionnés dans la résolution (rédigée par Gabriele Albertini (PPE, IT)), sont l'Afghanistan, le Pakistan, l'Inde, la Chine, le Japon, la Côte d'Ivoire, le Soudan, la région du Sahel, la Corne de l'Afrique, le Pérou, la Colombie, les pays du Mercosur et les États-Unis. Le texte a été adopté par 52 voix pour, 5 contre et 11 abstentions. Autonomie militaire de l'UE La distinction rigide actuelle entre les opérations de l'UE de gestion des crises militaires et civiles sont contre-productives et créent des chevauchements inutiles, estime la commission dans une résolution séparée sur la politique de défense de l'UE, rédigée par Roberto Gualtieri (S&D, IT). Le texte préconise d'assurer une plus grande autonomie militaire à l'UE ainsi que sa capacité à fournir une aide en cas de catastrophes d'origine naturelle ou humaine telles que les inondations au Pakistan en 2010. Parmi les nombreuses propositions visant à renforcer les capacités de défense de l'UE, les députés soulignent la nécessité de l'équiper d'un siège permanent civilo-militaire de planification opérationnelle, un quartier général des opérations (OHQ) en vue d'assurer une réponse plus efficace et de gérer de plus amples missions. Ils souhaitent également organiser une réunion extraordinaire du Conseil sur la sécurité et la défense et mettre en place des réunions régulières de la cellule de gestion de crises du Service d'action extérieure . Enfin, les députés saluent la décision du Conseil de mettre en place une opération militaire en Libye, mais regrettent que son mandat se limite à assurer l'assistance humanitaire, plutôt que de prendre les devants en matière de surveillance maritime et d'assistance à Frontex. Les États membres ont mis un veto à un mandat plus large d'Eurofor Libya tout en réalisant en même temps de telles opérations pour leur propre compte, déplorent les députés. Cette résolution a été adoptée par 55 voix pour, 9 voix contre et aucune abstention. Le vote en plénière aura lieu lors de la session de mai, au cours de laquelle le groupe GUE prévoit de déposer son propre rapport minoritaire demandant la démilitarisation de l'UE.

Source :  Salle de presse - Parlement européen


Plus d'infos  Salle de presse - Parlement européen

Lire la suite


Agenda

Agenda

30 novembre - 30 septembre 2020, Capitales régionales françaises
22 avril - 29 juillet 2020, En ligne
09 juin - 09 septembre 2020, Online
09 septembre - 10 septembre 2020, Rome
23 septembre - 25 septembre 2020, Berlin

Méthodologie



Welcomeurope, 161 rue Montmartre, 75002 Paris | Tél . : +33 1 42 54 60 64 / Fax : +33 1 42 54 70 04

© Welcomeurope 2000-2018

Bienvenue sur welcomeurope.com. Ce site utilise des cookies d’analyse statistique et de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation, vous autorisez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus