linkedin gif

+33 1 42 54 60 64
 
Connexion & Inscription

Accueil >  Actualité des subventions européennes >  Actualité



lundi 6 octobre 2014

La Commission annonce une aide de 1,5 millions d'euros suite à une fermeture d'usine en Irlande

Mesures PME,Autorités locales et régionales,Centres de formation,PME,

News La Commission européenne a proposé d’accorder à l’Irlande 1,5 million d’euros, sur le budget du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM), pour aider 138 ex-salariés de l’entreprise de fabrication de bijoux Andersen Ireland Limited à trouver un nouvel emploi.

L’enveloppe servirait également à aider 138 jeunes sans emploi, sortis du système scolaire et sans formation (les «NEET» pour «not in employment, education or training») à trouver du travail, cette possibilité étant offerte par le nouveau règlement FEM. La proposition va maintenant être soumise à l’approbation du Parlement européen et du Conseil des ministres de l’Union européenne.

L’Irlande a introduit une demande d’intervention du FEM à la suite du licenciement de 171 travailleurs par Andersen Ireland Limited, en conséquence de la concurrence accrue livrée par les autres fabricants de bijoux de par le monde.

Les mesures cofinancées par le FEM aideraient les 138 travailleurs les plus en difficulté et un nombre égal de NEET à trouver un emploi. Ces personnes bénéficieraient alors de services d’orientation professionnelle et de planification de carrière, d’aides à la création d’entreprise et à l’activité indépendante, de programmes de formation et d’éducation du deuxième et du troisième degré, de bourses de formation et d’aides au revenu.

Le coût total estimé de ce train de mesures est de 2,5 millions d’euros, dont 1,5 million au titre du FEM.

Contexte

Ces cinq dernières années ou plus, les importations en provenance de pays tiers ont fini par dominer le marché européen des bijoux fantaisie, en termes de volume et de valeur. Les principaux pays producteurs hors de l’UE sont la Chine, l’Inde, la Thaïlande, la Turquie, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Viêt Nam, l’Indonésie, l’Arabie saoudite, la Tunisie, le Mexique, les Philippines, le Brésil, la Malaisie et l’Afrique du Sud. Ces pays ont commencé à accélérer leur production au cours des années qui ont précédé la crise (2003-2007), avec la Chine en tête des nouveaux producteurs, représentant environ 83 % du volume total importé dans l’UE en 2007, devant l’Inde et la Thaïlande.

En 2008, les producteurs de l’UE et des pays tiers ont vendu presque le même volume de produits dans l’UE, à savoir quelque 56 000 tonnes. Dans les années qui ont suivi, tous ont connu des baisses, peut-être sous l’effet de la crise économique et financière mondiale de 2008/2009. Toutefois, en l’espace de quatre ans seulement, la production de l’UE a été devancée de 400 % par les importations (10 600 tonnes de produits de l’UE vendus sur son marché en 2012 contre 45 700 tonnes importées de pays tiers). 95 % des produits étrangers provenaient de pays asiatiques, comme la Chine, l’Inde, la Thaïlande et les Philippines, où plusieurs entreprises basées dans l’UE avaient déplacé leur site de production.

Cette situation a encore été aggravée par le passage d’un modèle traditionnel de ventes mobilisant des milliers de vendeurs sur l’ensemble du marché européen à un modèle mondial virtuel de ventes en ligne. Cette évolution a renforcé les avantages dont bénéficiaient déjà les fabricants des pays tiers et a finalement conduit au licenciement de 171 travailleurs à Rathkeale et à des réductions par l’entreprise de son personnel de vente à l’échelle européenne.

Les licenciements dans la région de Rathkeale, dans le comté de Limerick, au sud-ouest de l’Irlande, ont de lourdes répercussions sur l’économie locale et régionale. Andersen Ireland était un gros employeur dans cette zone principalement rurale, où il opérait depuis 37 ans. D’après le dernier recensement (2011), le taux de chômage dans la région de Rathkeale (39,3 %) était plus de deux fois supérieur à la moyenne nationale (19 %).

L’ouverture des échanges commerciaux avec le reste du monde a des effets globalement positifs sur la croissance et l’emploi, mais elle peut aussi entraîner des pertes d’emplois, en particulier dans les secteurs vulnérables, et se faire au détriment des travailleurs peu qualifiés. C’est pourquoi le président de la Commission, M. Barroso, a proposé la création d’un fonds destiné à aider ceux qui doivent s’adapter aux conséquences de la mondialisation. Depuis qu’il est devenu opérationnel, en 2007, le FEM a reçu 130 demandes d’intervention. Quelque 536 millions d’euros d’aide ont déjà été demandés en faveur de plus de 116 000 travailleurs. Les demandes d’intervention du FEM sont introduites par un nombre croissant d’États membres au profit de travailleurs issus de secteurs toujours plus nombreux. Pour la seule année 2013, le FEM est intervenu à hauteur de plus de 53,5 millions d’euros.

Le règlement régissant le FEM a été révisé en juin 2009 dans le but de renforcer le rôle du FEM en tant qu’instrument d’intervention rapide, dans l’arsenal déployé par l’Europe face à la crise financière et économique. La version modifiée du règlement relatif au FEM est entrée en vigueur le 2 juillet 2009 et le critère de crise a été appliqué à toutes les demandes reçues entre le 1er mai 2009 et le 30 décembre 2011.

Compte tenu de cette expérience et de la valeur ajoutée du FEM pour les travailleurs bénéficiant de son soutien et pour les régions touchées, le Fonds a été maintenu pour la période 2014-2020 en tant qu’expression de la solidarité au sein de l’Union, et son mode de fonctionnement a été perfectionné. Son champ d’application élargi couvre désormais, outre les travailleurs licenciés en raison de la crise économique, les travailleurs à durée déterminée, les travailleurs indépendants et, par voie de dérogation jusqu’à fin 2017, les jeunes sans emploi, sortis du système scolaire et sans formation dans les régions admissibles au titre de l’initiative pour l'emploi des jeunes (IEJ), ce qui est le cas de l’Irlande.

Source :  Presse de la Commission européenne


Plus d'infos  http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-1085_fr.htm

Lire la suite


Agenda

Agenda

14 octobre - 16 novembre 2019, Helsinki
30 novembre - 30 septembre 2020, Capitales régionales françaises

Méthodologie



Welcomeurope, 161 rue Montmartre, 75002 Paris | Tél . : +33 1 42 54 60 64 / Fax : +33 1 42 54 70 04

© Welcomeurope 2000-2018

Bienvenue sur welcomeurope.com. Ce site utilise des cookies d’analyse statistique et de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation, vous autorisez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus